tats-Unis - Systme d’coutes

JPEG

- Entretien tlphonique avec le Prsident Barack Obama
Communiqu de la Prsidence de la Rpublique - Paris, le 22 octobre 2013.

Le Prsident de la Rpublique s’est entretenu par tlphone, lundi soir, avec le Prsident Obama la suite des rvlations publies par le quotidien Le Monde concernant des enregistrements par les services amricains de donnes tlphoniques en France.

Le Chef de l’Etat a fait part de sa profonde rprobation l’gard de ces pratiques, inacceptables entre allis et amis, car portant atteinte la vie prive des citoyens franais. Il a demand que toutes les explications soient fournies, ainsi que l’ensemble des informations dont pourrait disposer l’ancien consultant de la NSA Edward Snowden.

Les deux Chefs d’Etat sont convenus de travailler ensemble pour tablir les faits et la porte exacte des activits de surveillance rvles par Le Monde.
Ils ont soulign que les oprations de collecte de renseignement devaient tre encadres, notamment dans un cadre bilatral, pour servir efficacement la seule lutte qui vaille, c’est--dire la lutte contre le terrorisme.

Les deux Prsidents sont convenus que les services de renseignement franais et amricains coopreraient ensemble cet effet.


- Entretien de M. Laurent Fabius avec M. John Kerry, secrtaire d’Etat amricain
Dclaration du porte-parole du ministre des Affaires trangres - Paris, 22 octobre 2013

M. Laurent Fabius, ministre des affaires trangres, s’est entretenu ce matin avec son homologue amricain, M. John Kerry. Il lui a renouvel notre demande d’explication sur les pratiques d’espionnage inacceptables entre partenaires et qui doivent cesser.

L’entretien a permis d’voquer la situation en Syrie avant la runion du Core Group des Amis de la Syrie, qui se tient aujourd’hui Londres avec la participation des deux ministres. Celle-ci vise discuter plus en dtail des paramtres d’un processus de transition vritable pour la Syrie, dans lequel Bachar al-Assad ne peut jouer aucun rle. La France soutient en effet l’organisation bref dlai de la confrence de Genve II, dont l’objectif est la mise en place d’un gouvernement de transition qui exercerait les pleins pouvoirs excutifs, y compris ceux de la prsidence. C’est dans cet esprit que nous esprons que les membres du Core Group ritrent et renforcent leur soutien la Coalition nationale syrienne.


- Propos du ministre des affaires trangres, M. Laurent Fabius, sa sortie du conseil Affaires trangres (Luxembourg, 21/10/2013)

Q - Monsieur le Ministre, avez-vous obtenu le soutien des Europens pour demander des claircissements Washington ?

R - Nous n’en avons pas discut mais, comme vous le savez, j’ai ds ce matin convoqu Paris l’ambassadeur des tats-Unis. Je n’ai pas pu le recevoir et c’est mon directeur de cabinet qui l’a reu et qui lui a dit, en mon nom, un certain nombre de choses.

En premier lieu, les informations publies dans le journal Le Monde font tat de pratiques qui sont inacceptables. Nous avons une coopration extrmement utile avec les tats-Unis dans la lutte contre le terrorisme mais cette coopration ne justifie pas tout. Et nous demandons, de manire extrmement rapide, des claircissements, des explications et des justifications aux tats-Unis sur ces pratiques.

Demain matin, je recevrai John Kerry pour un autre sujet, nous devons parler de la Syrie avant d’aller Londres, mais je lui renouvellerai cette demande d’explication.

Deuximement, vous savez probablement qu’il y a des discussions qui ont lieu en vue d’un partenariat entre les tats-Unis et l’Europe, ce que l’on appelle le partenariat transatlantique. Dans ce cadre, il y a dj eu deux runions qui concernent la protection des donnes mais ces runions sont insuffisantes, elles n’ont pas donn de rsultat. C’est la raison pour laquelle nous demandons l’Europe - je rponds l votre question - d’acclrer l’allure.

Troisimement, nous avons un conseil europen des chefs d’tat et de gouvernement les 24 et 25 octobre. La question du numrique sera pose. C’est une industrie trs importante, mais il n’est pas possible de dvelopper cette industrie s’il n’y a pas une protection des donnes personnelles.

Le prsident de la Rpublique franaise demandera l’Union europenne d’obtenir trs rapidement un rglement sur la question de la protection des donnes personnelles. Pour en revenir votre question, les pratiques dont il a t fait tat par Le Monde sont des pratiques inacceptables. Les tats-Unis sont pris, extrmement rapidement, de nous donner des justifications. De plus, nous demandons l’vidence que si ces pratiques continuaient, elles doivent cesser. Je le rpte, nous sommes bien videmment tout fait d’accord pour une coopration dans la lutte contre le terrorisme, c’est absolument indispensable, mais cela ne justifie pas que l’on coute des donnes personnelles de millions de nos compatriotes.

Merci beaucoup.


- Propos du ministre des affaires trangres, M. Laurent Fabius, son arrive au conseil Affaires trangres (Luxembourg, 21/10/2013)

Q - Quelle est votre raction concernant les rvlations du journal Le Monde  ?

R - Au vu des informations du Monde , j’ai convoqu immdiatement l’ambassadeur des tats-Unis et il sera reu ce matin-mme au Quai d’Orsay. Nous avions dj t alerts au mois de juin. Nous avions agi fortement, mais, visiblement, il faut aller plus loin. Ce type de pratiques, qui porte atteinte la vie prive, est totalement inacceptable entre partenaires. Il faut en tout cas s’assurer trs rapidement qu’elles ne sont plus pratiques.

Dernière modification : 25/10/2013

Haut de page