Discours d’ouverture de la COP21 de Laurent Fabius

Discours d’ouverture de M. Laurent Fabius, prsident de la COP 21, prononc en ouverture de la session des Chefs d’Etat et de gouvernement.

JPEG

21me Confrence des Nations Unies sur les changements climatiques

*********************

Discours d’ouverture
Paris, 11 h00, 30 novembre 2015

***********************

Intervention de M. Laurent Fabius,
Ministre des Affaires trangres et du Dveloppement international
Prsident de la COP21
Seul le prononc fait foi


Monsieur le Prsident de la Rpublique Franaise,
Monsieur le Secrtaire gnral des Nations Unies,
Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les Dlgus,

La semaine dernire, sachant que j’allais prsider cette COP21, les
personnes que j’ai rencontres m’ont toutes pos la mme question : la Confrence de
Paris sera-t-elle un succs ?

La premire condition du succs est dj remplie, grce vous. Vous
tes prs de 150 Chefs d’Etat et de Gouvernement rassembls ici, malgr la tourmente.
Dans l’enceinte de notre Confrence, plusieurs milliers de dlgus et de responsables
de la socit civile et travers le monde, des millions. Par votre mobilisation, vous
montrez que la civilisation et la solidarit sont plus fortes que la barbarie. Merci.

La deuxime condition du succs, j’ai confiance qu’elle sera galement
remplie. Nous avons voulu runir pour le climat les acteurs non gouvernementaux de
la plante : les villes, les rgions, les entreprises, les organisations non
gouvernementales, les forces sociales et conomiques, les particuliers. En lien avec
l’ONU dont le Secrtaire gnral s’est totalement mobilis, le droulement de cette
Confrence a t construit dans cet esprit : les dcisions des Gouvernements sont
capitales –, mais celles des acteurs non gouvernementaux aussi. Ici mme, dans les
heures et les jours qui viennent, seront annoncs des engagements concrets et
importants par des centaines de collectivits territoriales et d’entreprises. Des
initiatives puissantes seront lances, parfois en partenariat public-priv, notamment
dans le domaine de l’innovation pour les technologies propres, de l’nergie solaire ou
du prix du carbone. Toutes ces actions sont prometteuses pour la lutte contre le
rchauffement climatique. Une lutte qui est la fois une contrainte vitale et une
opportunit essentielle pour un dveloppement durable qui concilie conomie, thique
et cologie.

Reste la troisime condition du succs, la plus difficile : l’issue de la
Confrence, dans 11 petits jours, nous devons parvenir un accord climatique
universel et ambitieux. Cet accord devra tre diffrenci, juste, durable, dynamique,
quilibr, juridiquement contraignant et faire en sorte qu’ l’horizon 2100 la
temprature, du fait des missions de gaz effet de serre, ne s’lve pas de plus de 2,
voire 1,5, par rapport l’re prindustrielle. Chacun de ces termes renvoie des
dispositions prcises sur lesquelles dans le pass nous n’avons pas pu totalement
conclure. C’est l’enjeu des discussions que vos ministres et ngociateurs vont avoir. Il
nous faudra ne pas perdre notre temps dans des dbats de procdure, traiter la
substance et trouver ensemble des solutions. Comme Prsident de la COP, je devrai
tre l’coute de chacun, impartial, et agir pour un ambitieux compromis.

Plusieurs signes sont encourageants. La prise de conscience qu’un accord
est indispensable a beaucoup progress, stimule par le constat que 2014 fut l’anne la
plus chaude jamais enregistre et que 2015 sera pire. Les travaux des scientifiques
tablissent de faon incontestable le diagnostic et le pronostic. L’engagement de
grandes autorits spirituelles et religieuses est fort et celui des gouvernements va en
gnral dans le bon sens.

En tmoigne le nombre des contributions nationales des Etats, les
fameuses INDC. A ce jour, 183 INDC ont t publies, reprsentant plus de 95 % des
missions mondiales de gaz effet de serre. Certes elles diffrent par leur ambition,
mais le fait mme que la quasi-totalit des pays ait accompli cette dmarche montre
une volution remarquable et permet d’anticiper les progrs qui seront ncessaires
dans le futur. Car attention ! Le total de ces contributions nous loigne des 4, 5 ou 6
de rchauffement voqus par le GIEC dans les scnarios inacceptables de l’inaction,
mais cela ne suffira pas pour rester sous les 1,5 ou 2 maximum. D’o le caractre
crucial des mcanismes de rendez-vous priodiques et d’amlioration que nous
pourrons, je l’espre, inclure dans notre accord.

J’insiste, enfin, sur un aspect : un accord climatique mondial, ce n’est pas
une exigence que les pays dvelopps imposeraient aux pays en dveloppement ; c’est
une exigence universelle laquelle nous devons rpondre ensemble. La solidarit
climatique doit encore progresser ; la mobilisation des financements et des
technologies en faveur des pays du Sud galement. L’accord de Paris doit tre aussi un
pacte pour la justice et contre les ingalits. En tant que Prsident de cette Confrence,
j’aurai pour mission d’y veiller.

Sur tous ces points, nous souhaitons –mes collgues ministres et
ngociateurs avec moi – qu’en ce premier jour vous donniez l’impulsion politique
indispensable : que vos interventions soient si fortes qu’elles interdisent toute autre
issue que le succs !

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,

La France transmettra fin 2016 le tmoin nos amis marocains, de mme
que nous l’avons reu de nos amis du Prou qui ont accompli un remarquable travail.
Mais en cette anne 2015, il y a urgence. Les gaz effet de serre continuent en effet de
s’accumuler dans l’atmosphre, au point d’aboutir, si rien n’tait fait ou pas assez vite,
une situation irrversible. Ici, maintenant, il existe un momentum particulier.
C’est cette Confrence-ci que la COP de Durban en 2011 a confi expressment la
tche de parvenir un accord. La COP21 doit tre un basculement, un tournant. Tout
ne se rsoudra sans doute pas Paris ; mais on ne rsoudra rien sans Paris.

En cet instant, j’ai dans ma mmoire et dans le cœur les rcits et les
visages que j’ai croiss ces derniers mois en prparant la COP : au Bangladesh cette
femme ge, fatigue et digne, qui avait d dmnager 9 fois cause des inondations
et qui m’a demand si la COP21 allait changer cela ; au Grand nord cet ingnieur qui
m’a montr les croulements apocalyptiques de la banquise et leurs consquences ;
Cochabamba, ce paysan bolivien pleurant les dgts entrans par le non-respect de la
Terre mre et qui espre pouvoir nous faire confiance ; en Afrique cette jeune femme –
car ce sont les femmes et les pauvres qui sont les premires victimes –dcrivant
l’asschement spectaculaire du lac Tchad et ses incidences funestes. De nos rponses,
de nos engagements ici, dpendra leur vie et celle de centaines de millions de nos
frres et sœurs en humanit.

Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,

A l’entre de cette salle, vous avez peut-tre vu en levant les yeux une
trs grande photographie. Elle symbolise l’enjeu de notre Confrence. Sur le ct
gauche de la photo, un arbre qui a perdu toutes ses feuilles, remplaces par des sacs
plastiques, une sorte de squelette dans un environnement devenu inhumain. A droite de
la photo, le portrait d’un enfant harmonieux qui s’veille. Et au milieu, un papillon,
porteur d’espoir. Nous en sommes l. Ou bien nous chouons Paris : dsolation. Ou
bien nous concluons un accord ambitieux pour agir contre le rchauffement climatique
et un bel avenir est ouvert.

Je crois au succs. J’y crois parce que je l’espre. J’y crois parce que
nous savons tous que la lutte contre le rchauffement climatique est plus encore
qu’une question environnementale, c’est une condition essentielle pour alimenter en
nourriture et en eau la plante, pour sauver la biodiversit et protger la sant, pour
lutter contre la pauvret et les migrations massives, pour dissuader les guerres et
encourager la paix, et en dfinitive pour donner ses chances au dveloppement
soutenable et la vie.

En cette fin d’anne 2015, il revient la France avec vous tous d’aider
relever deux des principaux dfis du sicle : lutter contre le terrorisme et lutter contre
le drglement climatique. Les gnrations prsentes nous pressent d’agir ; les
gnrations futures jugeront nos actions ; nous ne pouvons pas encore les entendre,
mais d’une certaine faon elles nous regardent dj. Le mot historique est souvent
galvaud ; aujourd’hui, il ne l’est pas. Ensemble, faisons de la Confrence de Paris le
succs historique que le monde attend.

Dernière modification : 07/12/2015

Haut de page